Comment la psychologie utilise-t-elle l’hypnose ?

Définition simple de l’hypnose et utilisation

Par définition, l’hypnose est un interaction coopérative dans laquelle le sujet hypnotisé répond aux suggestions de l’hypnotiseur.

Depuis quelques années,  l’hypnose est devenue célèbre auprès de tout un chacun à travers des émissions télévisuelles dans lesquelles des gens sont incités à avoir des comportements inhabituels ou ridicules devant un public. Mais utilisée de manière thérapeutique, dans un face à face patient / hypnothérapeute, l’hypnose est également devenue célèbre en prouvant qu’elle pouvait réduire la douleur et l’anxiété.

La première est appelée « hypnose de rue ou de scène » et la seconde « hypnose clinique ».  Dans la première c’est un spectacle pour divertir, dans la seconde c’est un outil utilisé en thérapie qui va permettre au patient de montrer une meilleure réactivité aux suggestions et de tenter de modifier les sentiments ou les comportements actuels que le patient désire modifier. L’hypnothérapie est un processus de guérison psychologique qui utilise l’hypnose pour atteindre le résultat souhaité par le patient.

La différence entre les deux hypnoses est en fait, beaucoup plus marquée. Dans l’hypnose de scène, c’est une technique de distraction. Dans l’hypnose clinique, c’est un processus.

En hypnose de scène ou de rue, l’hypnotisé est plongé dans un état de mise en acte imaginatif. On pourrait parler d’un non-état. Les modifications sont temporaires.

En hypnose clinique, le sujet est dans un état modifié d’esprit détendu marqué par un niveau de conscience différent d’un état de conscience ordinaire.  C’est un état altéré.

En hypnothérapie, on utilise l’état détendu provoqué par l’état altéré pour comprendre les problèmes sous-jacents au problème posé par le patient. Cela va permettre de comprendre le problème, de le traiter soit pour apprendre à le gérer soit pour le supprimer. Les modifications sont à long terme.

Comment fonctionne l’hypnose clinique ?

Beaucoup de gens ont de l’hypnose une image stéréotypée d’un hypnotiseur qui agite une montre devant une personne en utilisant des inductions directes impératives : « et maintenant, dormez… »

Mais pour expliquer comment cela fonctionne, je ne vais parler que de ce que je connais et pratique : l’hypnose clinique.

Dans la réalité d’une hypnose clinique, l’hypnothérapeute va aider la personne à s’hypnotiser. C’est à dire que l’hypnothérapeute va inciter une attention focalisée : « vous pourriez vous concentrez sur votre respiration et constater comment vos poumons prennent l’air et le rejettent »…

le patient va entrer dans un état où sa conscience sera hyper présente. Il va être détendu et tout en ayant conscience d’être là où il est, en conservant ses 5 sens éveillé, il va entrer en transe et avoir des images que son inconscient produit en écoutant les inductions indirectes de l’hypnothérapeute : « vous pourriez vous retrouver sur une plage… de sable fin… avec un soleil qui vous chauffe agréablement la peau…  »

L’inconscient répond comme il le souhaite. Il est alors possible que si je suggère une plage de sable fin, le patient peut voir, sans que cela le dérange nullement, une vaste étendu d’herbe qui s’agite au vent…

Bien sûr, c’est un cas extrême mais que j’ai déjà rencontré. Le plus souvent, l’inconscient modifie les détails ou en ajoute. C’est pour cela que l’hypnothérapeute ne fait que des suggestions vagues : vous pourriez vous retrouver sur une plage ou sur un chemin de campagne ou de forêt…. » L’inconscient choisit parce qu’il est libre de choisir et ne fera jamais ce que le patient ne veut pas faire.

Mais comme l’inconscient est un fabuleux réservoir de ressources, le patient va trouver à travers les images suggérés les solutions à son problème, les moyens de le gérer voire les modifications du comportement à enclencher pour supprimer le problème.

Tout se passe chez le patient. L’hypnothérapeute n’intervient que par suggestions et ses suggestions proviennent de ce que le patient lui a dit de lui.

Par exemple, si le patient me dit : « mon problème, c’est comme une montagne infranchissable ». Alors au cours de la séance d’hypnose, je vais suggérer au patient de se retrouver devant une montagne en apparence infranchissable. Et je vais lui suggérer de trouver un moyen de franchir la montagne ou d’y monter ou de l’aplanir. La solution que va trouver l’inconscient va se transposer au niveau conscient.

Quels sont les effets de l’hypnose clinique

L’hypnose fait peur parce qu’on pense parfois que l’hypnothérapeute va devenir le maitre du jeu, qu’il va faire dire ou faire ce que l’on veut cacher ou ne pas faire. C’est impossible parce que l’inconscient et le conscient font barrage à ce qui est impossible à dire et infaisable.

Il y a un certain nombre de personnes qui se disent non-hypnotisables. C’est vrai et faux à la fois. La confiance en soi comme la confiance au thérapeute est essentielle, voire primordiale. C’est ce rapport entre les deux personnes qui va déterminer la bonne marche de l’hypnose.

En effet, l’expérience de l’hypnose varie d’un patient à l’autre. Car là encore, si nous sommes tous identiques, nous sommes tous différents.

Certains verront immédiatement des images, ajoutant des détails parfois extraordinaires. D’autres n’auront qu’une sensation de relaxation, avec une vision de couleurs parfois.

Certains bougeront un bras, une main, un doigt pendant l’hypnose. D’autres resteront immobiles sans rien faire transparaitre de ce qu’ils voient et ressentent.

Mais tous sortent de l’hypnose détendus et calmes, même ceux qui n’ont pas eu l’impression d’être entrer en transe.

La compréhension du processus est très importante. Quand au cours de la séance j’utilise l’hypnose combinée à la psychologie cognitive, c’est si, et seulement si, le patient  a compris ce qu’était l’hypnose et si, et seulement si, il le désire. Ensuite, ce qui est important est l’écoute du patient. Ce qu’il dit de lui, de sa problématique, de son histoire et de ses attentes.

Les résultats de l’hypnose

À partir du moment où le patient est hypnotisé par un professionnel ayant suivi une formation en relation avec sa profession, les résultats de l’hypnose sont très largement positifs.

Comme en hypnose, l’esprit est complètement ouvert aux suggestions en adéquation avec les objectifs du patient, elle est particulièrement efficace pour soulager les habitudes indésirables et les comportements compulsifs, pour améliorer l’estime de soi ou pour apprendre à gérer l’anxiété.

En fait, l’hypnose peut être un outil dans la très grande majorité des problématiques rencontrées. Mais je ne l’utilise pas systématiquement. C’est un outil, un formidable outil.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.