Les pensées indésirables : pensées intrusives et obsessionnelles

Les pensées intrusives ou obsessionnelles sont des symptômes majeurs d’un trouble anxieux. Quand elles sont suivies de compulsions, elles font partie du trouble obsessionnel compulsif, mais quand elles n’impliquent pas de contraintes, elles sont juste des pensées qui peuvent provoquer une anxiété très dérangeante. 

Ainsi, je ne parlerai pas des pensées qui appartiennent au trouble obsessionnel compulsif (TOC), mais des pensées qui encombrent tout l’esprit sans impliquer de comportement particulier.  Ces épisodes de pensées intrusives peuvent survenir chez tout un chacun sans que nous puissions nous définir comme assujetti à un TOC. 

Définition des pensées intrusives ou obsessionnelles

Les pensées intrusives sont des pensées involontaires sous forme d’images ou d’idées désagréables qui peuvent devenir obsessionnelles quand elles occupent tout l’esprit en tournant en boucle, sans que l’on parvienne à les gérer et encore moins à les supprimer.  

Ces pensées deviennent des ruminations et provoquent la culpabilité et la honte. 

Ces pensées peuvent concerner 

– le passé : ce que l’on aurait du faire à la place de ce que l’on a fait (« j’aurais du lui dire qu’il m’embêtait ») ou ce que l’on a fait alors que l’on n’aurait pas du le faire (« je n’aurais pas du le rudoyer comme ça »). 

– le présent : une envie soudaine de faire quelque chose qui ne doit pas se faire et que l’on sait que l’on ne fera jamais (envie de crier, envie de blesser…) ou des idées fixes qui n’ont rien à voir avec ce que l’on vit 

– le futur : une projection sur un événement futur qui provoque une peur envahissante 

Sysyphe.jpg

Voici trois règles importantes  

1.  Tout le monde a des pensées intrusives

Nous avons tous une imagination et nous avons tous des pensées intrusives. Simplement, chez certaines personnes ces pensées vont tourner en boucle et ne vont plus être gérables. 

2. Les pensées ne sont pas la réalité, mais juste des pensées

Essayez de penser le plus fortement possible à un énorme sac de pièces d’or. Vous aurez beau y penser de toute votre force, jamais vous ne parviendrez à le matérialiser ! 

Une pensée n’est qu’une pensée. Et même le fait de se penser stupide ou incapable n’est qu’une pensée. 

3. Vouloir les supprimer ne fera que les renforcer. 

Effectivement, plus on tente de bloquer sa pensée, et plus elle revient. 

À ce propos, voici deux exemples narratifs.

Le premier est raconté par Tolstoï. Quand il était enfant, son frère pour l’ennuyer lui demandait sans cesse de rester debout dans un coin en lui demandant de ne pas penser à un ours blanc. Bien sur, bien qu’il n’y ait aucune raison de penser à un ours blanc, le petit Léon ne pouvait plus penser à autre chose qu’à un ours blanc. 

Le second appartient aux contes la rue Moufetard, merveilleux livre pour enfant de Pierre Gripari. Dans « La sorcière du placard aux balais », le héros achète une maison pour 1F. Cette belle maison n’a qu’un défaut : il ne faut pas prononcer « sorcière, sorcière, prends garde à ton derrière ! » Phrase évidemment ridicule à penser et à dire, qui va hanter le héros jusqu’au jour où il ne pourra plus s’empêcher de la dire en entier. 

Les pensées réprimées ne peuvent qu’être renforcées, c’est à dire que plus on tente de les oublier et plus elles ont de présence. 

Conseils pour gérer les pensées intrusives ou obsessionnelles

1. La visualisation 

Prenez quelques minutes de votre temps pour vous installer confortablement afin de visualiser vos pensées négatives et effrayantes. Vous les regarder en allant au bout de l’idée, sans utiliser la rationalité, juste en les regardant comme des faits. Puis, en utilisant soit l’humour, soit la minimisation de la peur qu’elles provoquent, vous vous fabriquez une image qui soit moins troublante, moins angoissante, moins pénible dont vous vous servirez ensuite quand la pensée initiale intrusive et obsessionnelle reviendra. 

Une de mes patientes a eu ainsi l’idée de porter un bracelet pour symboliser sa pensée obsessionnelle. Quand la pensée arrivait, elle regardait son bracelet en l’admirant pour l’esthétique qu’il avait. C’était un beau bracelet qui lui plaisait beaucoup. Puis, elle a supprimé le bracelet certains jours de la semaine, en s’autorisant à penser à ses pensées les jours où elle le portait. Elle a peu à peu remarqué que les jours sans bracelet, sa pensée n’existait plus. 

C’est à chacun de trouver ce qui lui ira le mieux. 

2. Le monologue intérieur positif

Il faut être gentil avec soi et ne pas se juger. Être gentil avec soi, c’est aussi se rassurer. Avoir des pensées n’est pas grave, c’est même tout à fait normal et sensé. Il faut juste les accepter en tant que pensées et rien de plus. Aucune pensée ne peut vous faire mal, aucune ne va vous obliger à faire ce que vous ne voulez pas faire. 

Le plus important est de faire chuter cet état d’anxiété qui accompagne les pensées intrusives. 

3. Réduire le bavardage

Ces pensées ne sont que du bavardage et vous pouvez le réduire en acceptant simplement qu’elles soient là. Il ne fait pas leur donner d’importance, plus d’importance que ce que les pensées peuvent en avoir. Moins elles auront d’importance et plus elles s’effaceront. 

Conclusion 

Tout ça n’est pas facile à faire. Il faut en plus d’être gentil avec soi, être patient et se faire confiance. Mais surtout, ce qui est le plus important est de chasser la honte et la culpabilité qui accompagnent ces pensées. C’est un vrai travail sur soi. 

67 réactions au sujet de « Les pensées indésirables : pensées intrusives et obsessionnelles »

  1. Claudia Réponse

    Bonjour,
    Votre article est très beau et rassurant, et me permet de comprendre bcp de choses. Je voulais vous en remercier.
    Cordialement,
    Claudia M

  2. Kirito Réponse

    Bonjour , très bel article
    Mon cas est vraiment bizarre , j’ai des pensées obsessionnelles , il mes arrivé à plusieurs reprise d’être bourrée , à ne plus m’en souvenir de ce que je faisais , ni au moment même ni après , ni à ce jour , puis mes amis me  » re- mémorent » ( ils aiment bien mentir , mais pas sur toute l’histoire ) ce qui c’est passé , et j’ai vraiment honte de ce que j’ai fais , j’en deviens fou, je penses qu’a sa à ne plus pouvoir avancer dans ma vie. Je suis aussi parano sensitif ,ducoups je leurs crois , c’est vraiment dur à expliquer. Un exemple , une amie à moi ma vue sur Paris bouré par terre , puis elle ma raccompagnée en RER jusqu’à chez moi , puis le jour d’après je vais voir mes amis , il me disent que je me serais toucher le pénis devant elle , comme un violeur quoi ( alors que je déteste tout sa , normal quoi) , puis je la vois et elle me dis que c’est pas vrai , mais ma paranoïa me dis qu’elle me ment pour pas me blesser. Mes amis aiment m’inventer des vies , sans me dire que c’est une blague , je leurs ai dis que je suis parano , mais rien à y faire , ils continuent sans me dire la vérité , s’ils mentent ou pas je peux pas le savoir , même en les prenant un à un et leurs demandant gentillement de me dire la vérité en expliquant mes troubles ( oui ils sont cruels..) , je voudrais votre avis , car j’ai essayer ce que vous dites sur votre blog… sa m’aide pas , puis aussi une fois , même chose , bourré avec perte de mémoire , le matin j’appelle pour savoir ce qu’il c’est passé , on me dit: on ta descendu ton caleçon devant beaucoup de gens ( Il y avais des gens que je connaissait très bien , comme la famille quoi ) du coup j’ai honte , de ce qu’ils ont penser de moi etc..et le pire c’est que je M’EN SOUVIENS PAS je deviens fous , je sais même pas a quoi je ressemblais, comment c’était , je me fais des films dans ma tête , j’en peux plus , je deviens associable , je parle plus , toujours dans mes idées , aidez moi svp j’en peux plus!!Merci

    • Cyril Réponse

      Arrêter de boire me semblerait être un bon début. Car tout le reste n’est que conséquences normales de pertes de connaissance liées à de trop fortes alcoolisations.

  3. Mary Gohin Réponse

    Bonjour, C’est très difficile de suivre sans aide d’un professionnel. Si vous n’y arrivez pas, essayez de prendre rendez vous avec quelqu’un.

  4. wins007 Réponse

    bonjour, je suis dans un cas qui me désespère un peu, j ai commencé par avoir des phobies d impulsion (peur de faire mal, a mes enfants, a ma compagne, a moi même), ceci a disparu avec un an de tcc. Depuis 8 ans cela touche les doutes sur mon couple avec des pensees intrusives ou j analyse tout en fonction de ses pensees, je leur donne de la validité, les remue dans tous les sens, j essaie de les contrer je n arrive pas a faire autrement, c’est infecte, une pensee succede a une autre. En plus de cela il y a 5 ans dans mon boulot j etais referent d’une stagiaire tres jolie, d ou est née la peur de tout plaquer chez moi et de refaire ma vie avec j alimentais cela avec « et si » en me faisant monter l angoisse, je pensais que cela passerai avec la fin de son stage, mais non cela fait 5 ans et j imagine encore tout plaquer chez moi, je peux y penser pendant des heures durant, du reveil au coucher, j evite le village ou elle habite, je refuse d y aller, j ai des sueurs quand je vois une brune qui pourrait lui ressembler et y pense pendant des heures entieres, ce qui m a eloigné du milieu professionnel, aller en clinique pendant 2 mois je suis sous traitement effexor et 4 xanax 0.5/j + tercian au coucher, je vois une psychologue avec qui je travaille sur le fait d acceuillir ces idees sans lutter mais dur dur. L anxiete peut aussi toucher d autres sujet. Quand j ai des idees sur cette fille j ai honte, je n arrive presque plus a discuter avec ma compagne, ni a faire des activités, la je travaille un peu mais dur dur, j ai developpé une petite depression en plus de cela, de plus je fume un peu de cannabis et je pense que cela ne m aide pas dans ma situation donc si quelqu un a un cerveau meme un peu use a me donne je prends ou une baguette magique.

  5. LYLY62598 Réponse

    Bonjour Me Gohin, quelques heures après mon accouchement, j’ai eu des pensées intrusives (faire du mal au bébé)j’ai été sous traitement (seroplex, venlafaxine pendant 4 ans).Depuis 6 mois je suis en sevrage avec parfois des épisodes d’anxiété avec lequel je me soigne par homéopathie, et en faisant du sport… mais depuis septembre r mes pensées intrusives sont revenues, et votre blogue m’a aidé à mieux comprendre mon mal, je ne vois plus mon psychiatre 7 mois car je me sens dans ma vie mais pourquoi ai-je ses idées, alors que tout va bien dans ma vie ? ….

  6. Mary Gohin Réponse

    Bonjour, je ne sais vraiment pas pourquoi, ne vous connaissant pas. Peut être devriez vous revoir votre psy pour en chercher la cause.

  7. catnererine Réponse

    bonjour madame gohin mes pensées intrusives reviennent depuis ce matin je vois mon psychiatre tous les mois mais il fait rien de plus je sens que je vais encore souffrir quoi FAIRE ?? Nous somme le 21 octobre

  8. Ahava Réponse

    Bonsoir Catherine, j’ai vécu aussi la même chose que toi il y a 2 ans. Aujourd’hui je vais bien. Courage, je sais que c’est difficile, mais garde espoir. Tu peux me contacter par mail si tu veux : lm.7ahava@gmail.com

  9. Mathilde Réponse

    Quand je lis tout ça je me sens un peu rassurée. Voilà ca fait 7 mois que je suis avec mon copain on est super bien ensemble mais depuis 3-4 mois j’ai des pensées récurrentes je me demande si je l’aime vraiment si je ne me suis pas trompee alors que je suis super bien avec lui et ces pensées arrivent par période et par moment elle me laissent tranquilles mais reviennent en force… Pourtant je ne veux pas quitter mon copain, je souffre de cette situation cela me provoque des crises d’angoisses de larmes et de culpabilité.. pourtant j’aime mon copain je sais bien que ce n’est pas reel mais à force que ces pensées reviennent en boucle je commence à y croire par fois puis s’en suit une grande angoisse. Je ne sais plus quoi faire je sais juste que je ne veux pas le quitter et je ne veux plus souffrir…

  10. Pifette Réponse

    Bonjour Mathilde,
    Ton commentaire m’a touchée car j’ai été dans ta situation. Ces pensées parasites génèrent une grande angoisse et une grande culpabilité aussi, car elles sont en totale opposition avec les sentiments que nous avons réellement, la tendresse et la volonté d’être ensemble.
    Il y a un repère capital pour moi : c’est que quand je suis « bien », détendue, sans angoisse, je n’ai plus de doutes et de questionnements. La vie avance et suit son cours tranquillement. C’est à cet état-là qu’il faut croire. Quand on est malade on n’est pas soi-même, et surtout on a l’impression qu’on n’en sortira jamais.
    Des périodes d’anxiété et de crises de panique peuvent survenir, et dans ces cas-là, c’est comme si le cerveau cherchait à les rendre rationnelles et projetant un élément réel (un visage) dessus. Et quelquefois, c’est le couple (parfois c’est le travail, parfois la santé). Je crois que c’est un mécanisme « normal » du cerveau : il cherche un visage à notre mal-être pour mieux le combattre. Sauf qu’il se plante car il s’agit d’un mal-être qui n’a pas de visage. Dans mon cas, il s’agissait d’un problème fonctionnel de la thyroïde, qui me maintenait dans un état anxieux permanent et qui m’épuisait complètement le moral. Cela peut aussi être un problème de sérotonine, ou encore un événement traumatisant arrivé dans le passé.
    Pour en revenir à ta relation de couple, sache pour ma part que lors d’une crise, complètement paumé et hagarde, j’ai « quitté » mon homme. Et le lendemain, j’ai eu la sensation de me réveiller d’un cauchemar. J’étais calmée, un peu groggy, et bien sûr j’ai compris que je n’avais jamais voulu le quitter. Je l’ai appelé et on s’est expliqué calmement. Ce que j’essaie de te dire, c’est que l’anxiété n’est pas un état où l’on doit prendre des décisions. Si un jour vous vous séparez (ce que je ne vous souhaite pas), ce sera pour des raisons tangibles, pas sous le coup d’une angoisse monstrueuse.
    J’ai avancé avec une psychologue, qui m’a donné de vraies pistes à ce sujet. J’ai compris que c’est justement parce que cet homme était important pour moi que mes angoisses se focalisaient sur l’idée de le « perdre ».
    Je m’arrête là car j’ai déjà beaucoup écris. Prends du repos et soigne-toi auprès d’un psychiatre ou d’un psychologue, je te promets que ces moments finissent par passer.
    Bisettes
    Pifette

    • Michelle Réponse

      Pifette,
      ton commentaire m’a bcp touchée car je vis presque le même problème : j’ai focalisé sur un de mes collègues alors que je ne veux pas quitter mon homme. Le problème est qu’il l’a découvert et dit qu’il lit dans mes pensées quand j’y pense et j’ai beau lui dire que c’est de l’obsession et que j’essaie de gérer que j’y arrive même de mieux en mieux, que je ne veux pas le perdre, il dit que je l’ai poussé à ne plus m’aimer et que il a fini par donner son amour à une autre et que même s’il m’aime encore, il ne reste avec moi que pour les enfants, il ne croit plus mes mensonges et lui ne fait pas de l’obsession……. Résultat je ne ressens que culpabilité et honte, j’ai besoin de lui, il me prends dans ses bras alors j’y crois encore, puis….. il y a les jours avec et les jours sans….. Je crois que j’avais tellement peur de le perdre que j’ai fini… par le perdre….

  11. Mary Gohin Réponse

    Je ne peux que vous conseiller d’aller consulter un psychologue qui saura vous aider

  12. anonyme Réponse

    Bonjour, une pensée intrusive est-elle une pensée qui s’impose à notre esprit tout d’un coup sans raison et qui génère beaucoup d’anxiété??? Est-ce qu’une pensée intrusive peut changer notre jugement et même nous faire douter de nos vrais sentiments présents et passés? Est-ce qu’on peut conclure qu’une pensée qui nous rend très anxieux et nous empêche de vivre est une pensée intrusive et non la réalité??? Pourquoi la même pensée intrusive fait irruption tout d’un coup dans notre esprit à différents moments de notre vie? S.V.P. répondez-moi, je souffre beaucoup! Merci beaucoup!

  13. Souffrante Réponse

    Bonjour, Depuis plusieurs années j’ai des pensées qui me font souffrir et je me demandais si c’était des pensées intrusives. tout d’un coup, sans savoir pourquoi, je me sens nerveuse en dedans, j’ai le goût de pleurer et tout ça parce que j’ai peur de ne plus aimer mon enfant et plus j’y pense plus ça me fait souffrir. La dernière fois que cela m’est arrivé, je regardais une photo de mon enfant que je trouvais très belle et tout d’un coup la peu de cesser de l’aimer m’a envahi et là cette pensée s’est mise à tourner dans ma tête et j’arrivais quasiment à me convaincre que je ne l’avais peut-être jamais aimé. Mais d’un autre côté je me dis que si je ne l’aimais pas, ça ne me ferait pas tant souffrir! De plus, je peux passer des mois, voire des années sans avoir ces pensées. Qu’en pensez-vous, Est-ce que ce sont des pensées intrusives???? J’essaie de gérer ces pensées, quelques fois ça marche, d’autres fois, c’est pas évident, c’est comme si l’anxiété prenait le dessus et me faisait encore plus peur! Merci de me répondre.

  14. Anne Réponse

    La psychothérapie ou la spiritualité n’ont eu aucun effet sur moi. Je fus perméable à toutes ces méthodes hélas. Par contre la médication a très bien réussi et maintenant je repense à tout cela avec détachement. Les médicaments ont généré un lâcher-prise et une détente salutaire. C’est un peu plate à dire mais il y a aussi quelque chose de rassurant à penser qu’au final nous ne sommes qu’une machine réglable chimiquement. Ce monde matérialiste issu du siècle des lumières nous exige l’abandon des mythes et des symboles. Nous avons tronqué l’alchimie pour la chimie. Il faudra bien tous le digérer un jour.

  15. NAKA Réponse

    Bonjour,
    voilà à peu près une semaine que ma fille de 8 ans pense dire des gros mots ou faire des doigt d’honneur alors qu’elle ne fait rien de tout ça. Elle pense dire des gros mots ou faire des doigt d’honneur et c’est devenu une vraie obsession. elle est tendue, dès qu’elle se lève, à peine le pied par terre : elle me demande si elle a dit un gros mot alors que NON. Je ne sais plus quoi faire. Ma fille est très gentille, agréable et sociable. Nous avons était chez la pédiatre qui m’a conseillée de la rassurer. Mais elle continue. Aider moi…

  16. Mary Gohin Réponse

    Je ne peux que vous conseiller d’aller voir un psychologue ou un psychiatre qui pourra vous rassurer.

  17. Clémentine Réponse

    Bonjour, entre deux rv chez la psy, je me parle sans cesse bavardage mais surtout introspection, … j’imagine un dialogue entre elle et moi … Est-normal ?? ses pensées m’obsèdent …

    • mary.gohin Réponse

      Je ne pense pas qu’il faille penser « normal » ou « pas normal »… Pensez plutôt « ça gêne » ou « ça gêne pas ». Et en plus, pourquoi ne pas en parler à votre psy ?

  18. Al57 Réponse

    Bonjour
    Je pense avoir des pensée intrusive et effectuvement plus le temps passe pire elleq sont meme si par moment elles se calme.,chez moi il suffis de n’importe quel stimuli ou pas pour quelle survienne.en se moment j’ai des pensée obssesionel consernant mon conjoint,je ne travail plus et a titre d’exemple la dernière pensée qui c’est imposer sans reflexion derriere c’rts de travailler matin et soir et je me suis dis que je le verrais plus rt en meme temps que c’est pas grave qu’on s’en fou…est ce une pensée intrusive ou non? Pour moi c’est comme si je bloquais,je pense qur pour des chose de se genre on arrive à reflechir? Si il y’a pas de réflexion il s’agit d’angoisse non?

    • mary.gohin Réponse

      Il semble en effet que vous ayez raison. Il s’agit sans doute de pensées intrusives qui viennent d’une angoisse plus ou moins inconsciente et qui provoquent des angoisses.

  19. Al57 Réponse

    Et cela fait 2 ans qur j’ai des angoisses qui jongle entre mon conjoint et mon passé,ca tourne en boucle sur les même choses

  20. lopez Réponse

    je m’appelle Catherine, je vis à Caen je souffre depuis 55 jours de pensées intrusives c’est à dire pour ma part c est des pensées que je contrôle pas et qui n ont aucuns rapport avec la réalité c’est des insultes masculines je suis hospitalisée depuis 48 jours j’ai des permissions, mon docteur m’ a changer mon traitement à ma demande et il me fait souvent la réflexion mais quand je lui demande si je serai rester avec le même traitement depuis trois années est ce que j’ aurais été mieux il a dit je sais pas j’ai une augmentation de traitement pour la deuxième fois depuis hier je souffre atrocement aider moi est ce que ca va partir ? car avant j avais cela deux fois par ans et cela durée que 15 à 17 jours au plus que dois je faire je maitrise pas mon cerveau c est terrible merci beaucoup d ‘avance

    • mary.gohin Réponse

      C’est très difficile de vous répondre par simple réponse écrite à votre message. Tout ce que je peux vous dire c’est que vos pensées ne vont jamais vraiment disparaitre. Vous pourrez apprendre à les gérer pour qu’elles cessent de vous faire souffrir. Mais c’est un travail cognitif sur soi important, souvent long et douloureux. Je ne peux que vous comprendre sans réellement faire quelque chose parce que ce n’est pas magique.

  21. Mei Réponse

    Bonjour, j’ai lu votre article qui est fort intéressant, maus j’ignore si je suis sujette à cela. Enfait, depuis quelques temps, je je controle plus mes pensées, c’est comme si mon cerveau pensait tout seul et se met a me sortir des mots ou phrases qui n’ont pas de sens, comme ça sans prevenir. Cela m’angoisse énormément et je ne veux pas consulter car j’ai un problème avec les psys… Est-ce que penser sans le contrôler est des pensées intrusives?

    • mary.gohin Réponse

      Bonjour, tout seule, sans psy c’est difficile mais faisable sans doute. Je ne sais pas parce que je suis psy et que je rencontre des gens qui ont le même problème que vous et qui me consultent. Donc, sans, je ne sais pas.

  22. lopez Réponse

    bonjour jai souffert 2 mois a lhopital en mai et juin avec des pensées intrusives en boucles dans ma tete fils de pute batard enculé votre article explique exactement ce que j ai c’est horrible j ai eu un mois de repit ca recommence depuis hier matin ma pensée est a caractere sexuel et suivi d une personne decede je comprend pas la logique pouvez vous m eclairer ? est ce qu il ce peut que je suis condanne a vie avec ca ? je souffre c est a boucle

    • mary.gohin Réponse

      Bonjour. Vous n’êtes pas « condamnée à vie » de souffrir. Non, vous pouvez apprendre à les gérer de façon à ce qu’elles ne vous gênent plus. Pour cela, il faut traiter l’angoisse qui est derrière ces pensées, c’est à dire avant elles. C’est le travail que vous pouvez faire avec un psy. Bon courage

  23. lopez Réponse

    j’ai psychologue psychiatre ca ne fait rien j’ai souffert deux mois a l hôpital et j ai eu beaucoup moins de pensées intrusives pendant un mois chez moi et ca recommence depuis le 31 juillet

  24. Colombo Réponse

    Bonjour ….
    Voila un truc pour bloquer la pensée ….

    j’étais fumeur et mon intention d’arrêter restait vaine , jusqu’au jour ou je me suis posé la question POURQUOI je fumes……..??

    N’ayant pas reçu de réponse à mon raisonnement , j’ai décidé de ne plus fumer tant et aussi longtemps que je ne saurai pas POURQUOI je fume ….cela fait 25 ans que j’attends la réponse .

    J’ai donc bloqué ma pensée automatiquement et radicalement avec la question POURQUOI ….?

    Cette question peut être posé pour toutes sortes d’émotions , la peur , la jalousie , une habitude , ect
    il suffit de se poser cette simple question pour bloquer tout le système de la mémoire/ pensée qui ne pourra pas trouver la réponse et de se fait stoppera la pensée indésirable .

  25. Thibaut Réponse

    Bonjour, j ai 33 ans, marié et deux magnifiques enfants de 3 et 7 ans, je suis chef d entreprise et une vie confortable. J ai toujours été très anxieux attaques de panique, palpitations, peur de l abandon… il y a six mois après de fortes disputes avec ma femme nous avons évoqué le divorce!! Elle partait en week end entre amis les jours suivants ces disputes ! Durant ce week je suis sorti avec mon frère et après avoir beaucoup bu nous avons dérapé ! Alors que je ne suis pas du tout comme ca depuis la naissance de mes enfants ! Ramené une fille chez lui et fait un plan à trois immonde ! Durant cet acte ou je n ai pris aucun plaisir je me suis bloqué au bout de 10 minutes et suis parti en courant ! Depuis ce jour je suis persuadé d avoir gâché à ma vie !!!! J ai tout avoué à ma femme au bout de 5 jours d insomnie, elle m à pardonné rapidement aux vues de l état dans lequel j étais ! Mais depuis je suis dans ma bulle, je pleurs, ai des envies suicidaires et cette idée permanente dans la tête que j ai gâché ma vie et celle de ma famille !!! Je suis contre les médicaments mais ma femme au bout de 5 mois m à obligé à prendre du déroxat car c est un calvaire ! Je vois deux psychologue mais j avances très peu ! Qu en pensez vous quelqu’un a t il déjà vécu ça ? Et puis je m en sortir et ne pas faire souffrir ma famille ?

    • mary.gohin Réponse

      Bonjour, pourquoi deux psy ? Souvent, il est utile de se centrer sur un travail avec un professionnel. Il arrive que l’on voit psychologue et psychiatre en même temps, mais ce n’est pas le même travail avec l’un et l’autre. Ces deux psychologues ont des approches différentes ?

  26. Francois Réponse

    Bonjour, oui un pratique la psychanalyse et l autre l hypnose, mais je tends à abandonner l hypnose qu’une fonctionne pas trop sur moi et me concentrer sur la psychanalyse. Je dois partir en cure thermale lundi pour essayer de me couper de mon quotidien et éviter une hospitalisation car la culpabilité me pousse de plus en plus vers des envies suicidaires. Je ne veux pas gâcher la vie de mes enfants. Auriez vous une piste ? Merci d avance, ma vie est insupportable depuis 6 mois aujourd’hui, je suis désespéré et très moralement touché ! Je suis persuadé de ne plus avoir droit au bonheur que j ai à porté de main.

  27. Djama Réponse

    Bonjour merci pour votre article .
    Je suis un homme J’ai un toc maintenant presque 9 ans , actuellement je suis agé de 21 ans et le toc a commence depuis que j’avais 14 ans j’ai beaucoup de pensées sexuelles par exemple je doute que quelqu’un veut me violer ou bien que je suis avec des amis je pense que un moment ils m’ont violé ..que je monte a un bus ou il y a bcp de personne et quelqu »un me touche je sais pas je pense directement qu’il veut me pointer …toujours quand je rentre a ma maison la premiere chose que je fais c’est je cherche sur mon pantalon par derriere quand je trouve une tache je dis direcetement c’est une tache de sperme il’m’ont pointé .
    je suis devenu fatigué avec ces idées maintenant je ne peux plus passer la nuit dhors de ma maison ou bien de rester avec quelqu' »un car je pense qu’il m’ont violé sans que je sente quelque chose .

    • mary.gohin Réponse

      Il faudrait que vous alliez consulter un professionnel pour vous apaiser et apprendre à gérer ces pensées.

  28. vidal Réponse

    Bonjour madame,
    Je suis moi aussi dans une situation assez tordu. J’ai par le passé vécu une enfance un peu malheureuse qui a eu des conséquences. Ces conséquences, assez banales dans un sens, je les ai vécu d’une manière très personnelle pendant longtemps sans me soucier de la réalité. J’étais alors, pendant une longue période, complètement dans mon monde. Un monde ou je forgeais mes propres règles, je créais ma vie idéale. Un monde dans lequel je ne faisais pas que me réfugié, j’y vivais, à la moindre occasion.
    Je n’était pas heureux à cette période. Même dans cet état j’ai toujours eu un profond intérêt pour la réalité et un désir de plus en plus grandissant de l’intégré. D’intégrer le rêve à la réalité. Ce que j’ai tenté de faire…
    Ainsi j’ai constaté depuis à peu près 5 ans que j’ai commencé que ce désir qui me hante est complexe : je ne suis pas asociale, j’ai de très bons amis que j’apprécie et qui m’estime, des connaissances ici et là, une assez bonne vie sexuelle. Un grand nombre de personne que je rencontre m’accorde une certaine intelligence, une maturité au delà de mon âge (trop) ainsi que des qualités morales, une belle ambition et surtout une grande écoute et compréhension des autres.
    Et pourtant voilà ce que je vie : mon esprit est mon ennemi. Pas seulement une dizaine ou une vingtaine de pensées intrusives dans la journée, le recours à mon esprit (mémoires, déscisions, ressenti…etc) provoque dans 50 à 90% des cas (je n’exagère pas) des pensées négatives en fonction de ma période sentimentale. Et quand je dit négatives je parle de cruauté, de paranoïa, de désespoir. La seule manière d’y échapper est d’être concentré sur une activité, discussion..etc en espérant que la négativité ne l’envahisse pas (le combat est constant et même si elle peux prendre du temps elle revient toujours) ou rêvé, revenir dans son monde… jusqu’ à ce que la réalité me rappel violemment. Mon esprit me déteste et je suis cet esprit, la personne que je suis je ne l’accepte pas je ne sais même plus qui elle est, je ne suis jamais satisfait de rien et j’ai pourtant le désir brûlant de vivre.
    Ce qui provoque cette haine: le décalage constant avec la réalité et tout particulièrement le contact social. Je n’ai jamais la sensation de fonctionné comme les autres , et encore moins avec eux. Avec les amis et personne qui m’aime c’est simplement triste de ne pas être libre de profiter d’eux comme je le voudrais, avec les inconnus cela peu devenir une descente au enfer intérieur. Et j’insiste, ce décalage n’est pas seulement fictif, il est réel et conséquent ( Jamais UNE seule personne dans ma vie ne ma pas dit que j’étais bizarre)
    Aujourd’hui je vais vers l’avant et je le sais, après 5 ans de recherches constantes ( psychologue, psychiatres, lourds médicaments…etc) j’ai décidé depuis un certains temps de ne plus me laissé aller à ce désespoir fictif et de recherché non pas le meilleur mais le bien. Cependant, la descision a été prise mais la pensée quotidienne ne suis pas. Plus rien n’obeit en moi lorsque je suis frustré, je ne contrôle rien, je suis complètement désarmé et faible à la frustration et à la négativité qui me bouffe la vie depuis si longtemps. Pourquoi s’éteindrai-t-elle simplement avec le temps ? Suis je condamné à lutter toute ma vie contre ce que j’ai envi de penser ? A ne jamais vivre qu’à moitié avec les autres dans la peur et la frustration ?

    • mary.gohin Réponse

      Bonjour,
      Je ne peux que vous conseiller d’aller consulter un professionnel. Vous avez pour vous la volonté d’évoluer et l’envie d’être quelqu’un. Cela devrait être atteignable.

  29. Noémie Réponse

    Bonjour, j’ais 17 ans et je suis en 1er
    Cela fait 8 semaines que j’ais des pensées obsessionnelles.
    Mais elles ont la particularité d’être de la musique
    J’ais l’impression d’avoir une radio à l’intérieur du crane et de ne plus contrôler mes pensées
    Cela fait que je ne dors quasiment plus et que je fait des crises d’angoisses pratiquement tous les soirs
    Je suis sous traitement homéopathique et Atarax et je vois un pédopsychiatre mais cela ne m’aide pas beaucoup.
    Je suis extrêmement inquiète, j’ais peur d’avoir ces pensées pour le restant de mes jours
    J’ais même eu quelques idées suicidaires
    Je ne suis même pas sûr de savoir ce que j’ais, mon psy pense à un TOC
    Mais je n’ais aucun comportement ni rituel répétitif
    Je me sens très seul et même si mes parents me disent que cela va passer, je ne peux m’enpecher d’être inquiète.
    S’il vous plait j’ais besoin de savoir si cela est permanent ou pas
    Ou même si quelqun a eu les même symptômes que moi
    Merci

    • mary.gohin Réponse

      Oui, d’autres personnes souffrent de la même chose que vous et je sais que c’est très angoissant, très paralysant. Votre psy doit pouvoir vous aider pour apprendre à gérer ce bruit dans votre tête.

  30. Xav Réponse

    Cet article, simple, m’a permis de comprendre pas mal de choses.
    Très bien écrit, agréable à lire et facile à comprendre : merci ! 😉

  31. Delere Réponse

    Cet article est très intéressant et m’a permis de me rassurer mais pas à 100%. Voila mon histoire ! Un soir je regardais une série telle que les experts Miami et de part les images un peu sanglante je me suis mis à penser à un couteau. Oui le couteau et un outil dangereux qui peut faire du mal ! J’ai la alors paniqué et angoissé sur cette image du couteau … À cet instant et durant toute la soirée je me suis sentis anormal et j’ai beaucoup mais alors beaucoup culpabilisé et pleuré, ma nuit à été plus que difficile … Au petit matin, rebelotte l’image du couteau était toujours aussi présente, les larmes me montent, la boule au ventre resurgit et aller c’est re-parti le sentiment de culpabilité était toujours aussi présent. J’ai la, alors décidé de consulter mon médecin  » Il fallait que j’entende un médecin, certainement pour me rassurer  » chose faite et après une longue discussion mon médecin me détecte un Burn-out  » tiens, tien ! bizarre puisque le repos pour moi est une perte de temps  » bref il décide de me prescrire du Bromazepam. Hop ! aussi tôt sorti de la pharmacie je prends ma première prise 1 heures plus tard bim bam boum je m’endors comme une masse et me réveil 4heures plus tard, certes beaucoup plus tranquille l’histoire du couteau était très largement moins intense … Le médicament prescrit ma très probablement aidé à gérer l’angoisse mais le fait d’avoir énormément discuté, réfléchis et surtout pris sur moi je me suis enfin rendu compte que mon esprit s’était focalisé sur quelque chose qui n’avait pas lieu d’être. À ce jour le couteau est encore présent mais mon esprit arrive à le faire disparaitre … Un problème de résolu, un autre apparait  » Mais que m’arrive t’il ?  » À ce jour il met impossible de rester seul à la maison à la nuit tombée, des pensées négatives intrusives tournent en boucle en boucle. Pour êtres le plus claire possible c’est inconcevable, inimaginable, invraisemblable pour moi de vouloir faire du mal à qui que se soit. Mais des scènes d’horreurs me hantes du genre retrouver mon mari avec mes animaux de compagnies morts m’imaginant au sol avec le couteau …  » Tiens, ME..E le re-voila celui la ce fichu de couteau ! non mais qu’elle horreur, ça me dégoutte, ça me fait peur, c’est des scènes que l’on voit que dans des films d’horreur  » Cette scène plus que désagréable est apparu il y’a à peine 24h du coup mon esprit cogite encore et encore jusqu’a en avoir une énorme sensation de honte avec encore cette boule au ventre qui est constamment présente. Du coup pour essayer de vaincre cette horrible pensées, j’en suis venu à éviter mon chez moi, à éviter mes animaux que j’aiment tant et encore pire à éviter la personne que j’aime le plus mon mari … Je reste seul, je m’occupe, je ne dors pas, ect. HELP HELP HELP S’IL VOUS PLAIT !

    • mary.gohin Réponse

      Bonjour
      Votre histoire est normale et courante, mais comme elle vous fait beaucoup souffrir, je ne peux que vous conseiller d’aller consulter un professionnel

  32. anonyme 83 Réponse

    Merci pour ce merveilleux article, rassurant et en totale empathie. Grâce à vos précieux mots, vous confirmez mes symptômes que je n’associe pas à une maladie (mais c’est mon interprétation, mes ressources pour faire FACE). Je pourrai donc discuter de tout ça avec mes amis tranquillement (ceux qui connaissent déjà mes ennuis), sans les brusquer (pour chercher l’effet de dédramatisation, malgré de très grandes souffrances psychiques), en employant les thermes les plus justes. Je fais face à ces troubles depuis 11ans à la suite de la perte de mon père et peut-être même avant depuis ma plus tendre enfance (suspicion d’attouchements sexuels de l’oncle). Je suis mère de 3 magnifiques enfants, je suis sapeur-pompier, j’ai un mari exemplaire, j’aime ma VIE ET JE DOIS AVANCER dans mes projets car les tensions mentales s’intensifient depuis 2ans car la honte et la culpabilité sont plus présentes… Bref… Je vois un hypno thérapeute ce mois ci, je compte faire du yoga… Nous verrons ensuite. Mais surtout VRAIMENT MERCI pour votre sourire et vos explications, j’ai l’impression d’avoir trouvé un phare dans la nuit pour tenir mon cap. Bien à vous

  33. Mickaël Réponse

    Bonjour. Je souffre depuis de nombreuses années de dépersonnalisation, déréalisation, et phobie d’impulsion. Tout s’est déclenché à la suite d’un événement très stressant sur du long terme.

    De base j’ai toujours été anxieux avec des périodes de mieux et des périodes moins cool. Et jusqu’à avant ma tombée en DP/DR toujours été hypersensible.

    Depuis environ 1 mois j’ai comme une pensée qui ne me quitte plus. Je me vois crever les yeux de diverses personnes (principalement des gens que j’aime). Au début je me calmais je me disais ce sont les phobies d’impulsion qui reviennent. Mais dans ma tête ça fait comme insistance, ma voix intérieure (pas extérieure, pas d’hallucinations) me dit que je dois le faire.

    Des lors je ne vois quasiment plus que des choses en rapport avec les yeux autour de moi. Des non voyants, des expressions du style « ça crève les yeux » dans des programmes tv, un homme qui reçoit une seringue dans l’oeil dans un film etc…

    À chaque fois j’ai comme une montée d’angoisse, mes pensées me disent que je dois le faire, que tout indique qu’il faut le faire.

    J’essaie au mieux de me calmer mais il suffit d’un truc pour réveiller ces pensées et angoisses : entendre parler dans un bus « j’ai mal à l’oeil », voir une fourchette sur le banc d’un arrêt de bus au même moment où déjà ces pensées m’envahissaient ce qui les fait dire de nouveau de le faire, que c’est signe que je dois le faire.

    Et enfin régulièrement en regardant l’heure je vois des heures doubles (17:17 etc…) Ce qui m’angoisse beaucoup ainsi que les coïncidences alors qu’avant ça m’amusait maintenant j’ai l’impression d’être comme une marionnette.

    Est ce que ces symptômes vous parlent, est ce que je suis en train d’évoluer dans le mauvais sens selon vous ?

    Merci

    • mary.gohin Réponse

      Je pense que vous souffrez de phobie d’impulsion comme vous le dites vous même. Ce sont juste des pensées. Pas facile de se dire qu’elles n’ont pas d’importance et pourtant, seule votre souffrance est importante. Pas vos pensées.

      • Mickaël Réponse

        Merci beaucoup. Je viens de réaliser en lisant votre réponse que je passe énormément de temps à cogiter et à me poser des questions, à angoisser mais je ne prête même pas (ou plus) attention à ma souffrance, votre réponse vient de me faire un bien fou ! Merci encore.

  34. Xavier Lacointe Réponse

    Bonjour …moi aussi j’ai des penser bizarre comme le problème de couteau que je pense un peu moi maintenant . Mes quant je prend un couteaux pas d’envie de faire quelque chose …àpres c lez penser de tuer alor que je n’ai pas envie je suis une personne très gentil qui ne ferait aucun mal à qui que se sois ….comme regarder ma copine et de penser à cela j’essais de me contrôler…ou éventuellement pensé des chose sur ma fille que j’ai pas envie de faire non plus ..quand elle et la rien se passe et sa me rassure … j’essai de mocuper ou de penser à autre chose mes c difficile parfois ….j’ai aussi des vision d’enfant c grave ….je voudrait un remède à sa s’en aller co.sulter un psy merci.

    • mary.gohin Réponse

      C’est une bonne idée d’aller consulter un psy qui va vous apprendre à gérer ces pensées. Il n’y a pas de remède, pas de baguette magique. Juste un travail à faire sur vos pensées. Quand vous aurez admis qu’elles ne sont pas importantes (la douleur est importante mais pas les pensées puisqu’elles ne sont pas vraies), alors vous redeviendrez plus apaisé.

  35. Romain Réponse

    Bonjour, et merci pour cet article.
    Sortant d’un trouble anxieux généralisé, dès que j’ai des périodes où je vais mieux, il y a comme une deuxième personne en moi qui développe des idées intrusives en me forçant à aller vers le négatif, alors que tout va bien dans ma vie, objectivement. Comme du masochisme.
    Mais, peu à peu, je laisse ces idées me traverser, en me disant que je ne m’identifie pas à ces pensées. Le vrai moi est celui qui ressent, qui est là dans le présent, et non ce mental qui est sans cesse en train de bavarder.
    Personnellement, et cela en surprendra plus d’un, mais la médiation a renforcé mes crises de panique, voir déclenché une angoisse plus forte. La méditation est donc a déconseiller tant qu’on est pas stabilisé (en cas de fortes angoisses), car l’immobilité me faisait partir dans des vertiges, panique, voir terreur. J’étais comme obligé d’être en mouvement permanent.
    J’ai dû donc me stabilisé avec anxiolytiques uniquement pour dormir, et la journée, je luttais pour ne pas en prendre.
    Mais grace à l’auteur Eckhart Tolle et « Le pouvoir du moment présent », (existe en livre audio sur Youtube), grace à une pratique de l’hypnose quotidienne, malgré des épisodes de pensées intrusives je vois les progrès par rapport à l’anxiété, et c’est le plus important.
    Essayez l’hypnose, c’est assez efficace pour ma part.
    Et si vous êtes de nature anxieuse, vous ne changerez pas fondamentalement, mais pourrez réduire cette culpabilité, qui selon moi, est une des raisons principales de souffrance.
    Il faut se détacher de ses pensées.
    Moi, personnellement, j’imagine quelqu’un qui essaye de « pirater » mon cerveau, et dès que je le démasque, je lui dis intérieurement « bien joué, bravo ! mais je t’ai capté, tu n’es pas moi, bavarde autant que tu veux, … »

    Comme vous le dites très bien, le tout est de ne pas chercher à supprimer ces pensées, car elles reviendront d’avantage.
    Le mieux est de les accepter, et de s’en détacher.

  36. lily Réponse

    bonsoir moi mon probleme et que quand j ai un probleme par exemple la , j ai couper les lien avec une ancienne collegue et sa tourne en boucle dans ma tete car je sais qu elle va en parler autour d elle et il y a 2 personne que je voudrait pas qu elle m en veuille , le pire c est que sa fait 20 jour que j ai perdu mon emplois et que je ne devrait pas m en faire puisque logiquement je ne les verrait plus ( a moins que ) pourtant ces 2 personne ont pris de mes nouvel avant que sa n arrive mais je ne veux pas etre juger et qu elle m en veuille , sa tourne en boucle c est invivable j ai 45 ans sa a toujours ete comma sa ,pour une chose ou pour une autre du coup je grossit tout et mon maris me dit arrete de te monter la tete je sais qu il a raison , mais je ne sais pas comment faire , merci a vous pour votre reponse .

    • mary.gohin Réponse

      Je ne peux que vous conseiller d’aller consulter un professionnel pour calmer et gérer vos angoisses.

  37. Melanie duchesne Réponse

    Bonjour,
    Mon fils de 20 ans fait de l’anxiété. Bien cest ce qui est diagnostiqué…
    Moi, jen ai fait pas le passé généralisé, maintenant cest mieux et je vis bien avec mes angoisses. Par contre mon fils est sous médication. Ilne fait plus de crise panique, ( il a dû commencer traitements médicaments.) …par contre il a des impressions de: « déjà vue » ! Il me dit que tout ce quil fait cest comme si il lavait déja fait….et ce: tout le temps depuis décembre. Meme si les medocs font leur effets sur la nervosité, crise panique. Clairement ça naide pas encore a ce sujet….
    Il a peur davoir eu une psychose apres prise de Pot. Des essais de jeunes adultes… ila tellement eu peur le soir de la prise. Urgence etc… le médecin dit bien que cest anxieux. Selon vous, est- ce ça une sorte de pensée intrusive, Obsesionnel ? Ou ça devient autre chose… il est consient que ça ne fait aucun sens, ça lui avait déja fait par le passé . Quil se souviens aussi. Mais ça linquiète, il fait quand meme ces cours, sa vie. Mais reste préoccupé…quand pensez vous?.. merci Dr Gohin

  38. Sonia Réponse

    Bonjour, comment distinguer les pensées intrusives obsessionnelles des pensées qui appartiennent au troubles obsessionnelle compulsif. Dans les 2 cas ses pensées engendrent une angoisse terrible Le fait de vouloir se rassurer n’ai t il pas une compulsion ? La compulsion étant un moyen de se rassurer. Lorsque l’on tente de minimiser la pensée afin de la transformer en une image moins effrayante que l’on pourra réutiliser lors de la venue d’une nouvelle pensée n’est il pas une forme de compulsion. Difficile de faire la distinction. Je suis atteinte d’obsessions ideatives qui me pourrissent la vie et mon psychiatre me parle de toc. Pourtant je n’ai pas le sentiment d’avoir des compulsions mais je cherche à me rassurer en permanence en minimisant les pensées ( qui sont honteuses et qui me font penser que je suis un monstre), et en essayant de m’apporter les arguments qui me « prouvent » que je ne suis un monstre. Bref je cherche tout le temps à me rassurer tellement ses pensées m’angoissent dans le sens où j’ai peur de qui je suis pour avoir des pensées pareilles : une pervers, une psychopathe, une tordue une criminelle etc…
    Pouvez-vous m’aider à faire la distinction entre les 2? Merci

  39. Ikram Réponse

    Bonjour
    Je suis une jeune maman d une petite fille de 7 mois , agé de 23 ans, j ai toujours eu des peur des maladies , peur de la mort … au mois de décembre derniers j ai perdu mon père et ma copine suite à une maladie, j étais pas bien du tout , j ai rentrer chez moi avec Ma fille après quelque jour j ai commencer à avoir peur de me fairee du mal à moi et ma fille , j ai eu cette pensée après lire un article sur internet , j ai souffert j fais que pleurer en regardent ma fille … est la j ai la peur que ma fille c est pas la mienne qu il m ont changer à hopital portant je sais au fond de moi que c est ma fille , le fête de imaginer ça ça m’a fait fais une enorme peur que j arrive pas a la controler a chaque fois , je fais que pleurer , je veu savoir si la depression que j ai eu apres le deces de mon pere c est elle qui m as declancher toute ces peur? est ce que ca se soigne bien ? avec un bon traitement et une terapie a cote j aurai plus ces doute ? j ai peur de rester comme ca toute ma vie , je souffre est personne me comprend , c esr dure a vivre avec des doute comme ca meme si au fond on sais que c est que des imagination , je suis desole pour mon francais , merci de me repi’dre

    • mary.gohin Réponse

      Bonjour,
      Je ne peux que vous encourager à aller consulter un psychologue. Vous aurez sans doute les réponses à vos questions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *