Les drivers ou pilotes de vie

Nous sommes tous semblables et tous différents.

Une des raisons de notre différence est expliquée par le concept du driver (ou conducteur) développé par Taibi Kahler à la suite de la théorie de l’analyse transactionnelle émise par Éric Berne.

Les drivers sont des styles de comportements qui se construisent à partir des messages émis par l’environnement dès notre enfance. Les messages répétés par des adultes référents vont influencer notre façon de penser et notre manière de nous comporter. Ils vont s’insérer dans nos croyances et devenir la base de nos comportements. 

drivers.jpg

Taibi Kahler a distingué 5 drivers, groupes de comportements ou pilotes de vie. 

Au message « Tu aurais pu faire mieux », l’enfant va construire le « Sois parfait ! »

 » Arrête de pleurer » va se traduire par « Sois fort ! »

« Tu n’es pas gentil »  donne le driver « Fais plaisir ! »

« Tu n’as plus rien à faire ? » engendre « Fais des efforts ! »

« Tu n’as pas encore fini ? » donne « Dépêche toi ! »

D’autres auteurs vont ajouter un 6ème driver « Débrouille toi ! » suite au message « Tu es grand maintenant »

Les messages ne seront néfastes que s’ils nous enchaînent aux comportements qu’ils impliquent. Car, après tout, il n’est pas négatif d’essayer d’être meilleur, fort, gentil, de travailler vite et bien en toute autonomie. Mais, si ces messages nous emprisonnent, si nous ne parvenons pas à comprendre les comportements que nous avons adoptés pour y obéir, si nous ne pouvons nous affranchir du poids qu’ils occupent dans notre vie, alors ces messages sont des contraintes inconscientes qui mettent à mal notre estime de nous et nous fait vivre sous stress chronique. 

L’estime de soi est mise à mal parce que nous ne parvenons pas à être fort, meilleur, gentil …. Le message nous pousse vers l’idéal du comportement induit, qui par définition est inatteignable. 

Les comportements adoptés engendrent un stress dont nous ignorons la source. Généralement, les personnes sous influence d’un message contraignant viennent me voir en disant tout de suite : « Tout va bien, mais… »

Les drivers nous empêchent de réussir, en nous fabriquant l’auto-sabotage de nos projets. 

L’analyse transactionnelle a l’atout essentiel d’expliquer comment nous pouvons changer notre vision du monde pour devenir ce que nous voulons être. De théorie, elle est devenu modèle dynamique, sans cesse en mouvement. 

Dans les prochains articles, je ferai le tour des drivers ou pilotes de vie, un par un, en explicitant ce qu’ils impliquent et la façon dont on peut les modifier pour en faire des alliés de notre réussite. 

4 réactions au sujet de « Les drivers ou pilotes de vie »

  1. Depetris Réponse

    Bonjour, concernant le driver « Débrouilles-toi seul », je suis toujours en train de me demander s’il ne s’agit pas d’une variante du « sois-fort ».

    Malgrés mes recherches en la matière, je n’ai pas pu trouver quel(s) auteur(s) font réfèrence à ce driver, pourriez-vous m’en dire plus ?

    J’ai juste trouvé que Meyer Ifrah, un français, en voit un autre « sois conforme » (= ne te fais pas remarquer), mais je n’ai pas la sensation qu’il s’agit de la même chose, qu’en
    pensez-vous ?

    Dans l’attente de vous lire.

  2. Mary Gohin Réponse

    Oui vous avez parfaitement raison, ce driver « débrouille toi seul » est une variante de « sois fort ». Beaucoup d’auteurs ont ajouté ainsi des drivers spécifiques qui sont des variantes des drivers
    principaux. Ils ont l’avantage d’interpeler plus concrètement certaines personnes. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *