Petites règles de communication : les mots qui tuent..

Parler au voisin que l'on rencontre dans la rue ou parler au commerçant de notre quartier est assez simple. Il suffit souvent de connaître les mots et les formules de politesse pour passer pour quelqu'un d'aimable et de sympathique. 

Mais parler à celui que l'on aime, parler à ses amis ou ses collègues est parfois beaucoup plus compliqué. On dit quelque chose que l'on croit anodin mais que l'autre interprète de façon négative … et c'est le début d'une discussion qui vire au conflit ouvert avec la douleur et la colère qui font que tout part hors de notre  contrôle. 

Il existe alors des règles de communication, relativement faciles à mettre en place à partir du moment où l'on comprend que cette gymnastique de l'esprit ne peut qu'avantager la relation. 

Les-mots-qui-tuent.jpg

Les mots à éviter 

"mais…"

Au milieu d'une phrase, le "mais" supprime tout ce qu'il y avait avant, comme une soustraction. 

– Oui, ça me fait plaisir, mais tu n'aurais pas du.

– C'est un bon travail, mais il y a des points à éclaircir

Il est alors préférable de couper la phrase en deux. 

– Oui, ça me fait plaisir. Tu n'aurais pas du. 

– C'est un bon travail. Pourquoi ne pas l'améliorer encore en éclaircissant certains points ? 

 

"ne… pas"

La phrase négative a tendance à rejeter l'autre. 

– Je ne viens pas avec toi. Je suis fatigué. 

– Tu n'as pas sorti le chien ? 

Utilisons alors la phrase affirmative 

– Je préfère rester à la maison parce que je me sens fatigué. 

– Le chien est sorti ? 

 

"Je veux"

C'est une façon de s'imposer et non de s'affirmer. En s'imposant on ne laisse pas de place à l'autre qui, alors, est obligé soit de s'écraser soit de s'imposer à son tour. 

Le "Je veux" peut être avantageusement remplacé par le "Je voudrais" ou "J'aimerais". 

– Je veux rester à la maison. Je suis fatigué. 

– J'aimerais rester à la maison. Je suis fatigué. 

 

"Je dois"

C'est une façon de retirer le choix à l'autre qui, alors peut se sentir écarter de la décision. 

– Je dois me lever tôt demain pour travailler

En utilisant "je pourrais", on donne à l'autre la possibilité de comprendre et donc de donner son avis. 

– Je pourrais me lever tôt demain pour travailler. 

 

" Tu"

C'est le mot mortel dans une dispute parqu'il appelle tout de suite la notion de blâme. Je dis toujours que "le tu tue" parce qu'il agresse et que l'autre ne peut pas écouter ce qui est dit et ne peut que répondre en se défendant. Le 'tu" est alors vraie provocation à nier. 

– Tu ne m'écoutes pas

Il faut essayer le plus possible de passer par le "je" pour dire ce que l'on pense. 

– J'ai l'impression de parler dans le vide. 

Conclusion

Comme nous sommes responsables de notre communication, cela pourrait faire penser qu'il suffit de penser avant de parler pour éviter les mots qui peuvent tuer la discussion.

Mais la communication est une interaction. L'autre est autant responsable que nous de ce qui s'y passe. La répartie est souvent difficile à penser avant de parler. Si, en plus, l'autre n'obéit pas aux mêmes règles que nous, nous avons l'impression que si nous parlons en évitant les mots qui tuent, nous allons perdre la face et passer pour quelqu'un de faible.

Cependant, comme la communication est une interaction, en évitant les mots qui tuent la discussion, l'autre peu à peu suivra instinctivement notre exemple.

Le maître mot de toute interaction entre amis comme dans un couple est le respect de l'autre. C'est sur ce principe qu'il est possible de bâtir un dialogue constructif.

 

 

17 réactions au sujet de « Petites règles de communication : les mots qui tuent.. »

  1. buy argan oil online Réponse

    Les relations intimes jouent un rôle central dans l’expérience humaine globale. Les êtres humains ont un désir général d’appartenance et d’amour, qui est généralement satisfaite dans une relation intime.

  2. Clement Réponse

    Merci pour votre réponse ! Mais cela fait 5 ans que nous sommes ensemble, et je me demande pourquoi ce serait toujours à moi de penser comment améliorer tout ça… (car je le fais déjà) C’est
    compliqué !

  3. Mary Gohin Réponse

    C’est très difficile … Mais la première règle est de ne pas penser à ce que fait ou ne fait pas l’autre. Il faut vraiment regarder son nombril et penser soi, soi soi… Le but étant que si
    chacun se dit ça, bien sur, ça bouge tout ! Bon courage. Penser que tout ce que vous faites, vous ne le faites pas pour l’autre, mais pour vous pusique vous le faites pour le couple et que votre
    but est bien le couple. 

  4. clement Réponse

    Mon Dieu ! Je suis tout à fait concerné par cet article ! J’ai d’énormes problèmes de communication avec mon amie et je n’arrive pas à changer ma communication. Je vois depuis peu une psy qui
    m’aide à travailler sur moi : http://www.psy-33.com/therapie-individuelle.php Pour l’instant nous ne sommes pas encore arrivé à ce stade, et j’espère que je vais y arriver ! C’est pas si facile…
    Quelqu’un a des problèmes de communication du même genre avec son conjoint ?

  5. Grange Réponse

    Oui. J’avais eu beaucoup des problèmes. Après avoir consulte ca va mieux mais il me faut encore travailler sur moi même. J’avais impression qu’il y a que moi qui. Fais tout pour nous. Que mon chéri ne veut pas me comprendre. On faite on voulais tout les deux la même chose mais on parlait de » deux langues différentes ». Bon courage,tu va arriver si tu tiens à ton couple.

  6. Mary Gohin Réponse

    Rassurez vous : la communication dans le couple n’est pas évidente et c’est une gymnastique qui s’acquiert. Ce n’es tpas « facile » surtout au début. Le principal est de penser : « que puis je faire
    pour améliorer ? » et non » que fais l’autre ? ». Si vous parenvenez à penser comme ça, alors, le plus difficile est déjà fait ! Bonne route !

  7. Stéphane Buy Réponse

    Bonjour

    Un complément à votre article:

    1/ le « oui mais » est de préférence à remplacer par le « oui et ».

    2/ Le « tu » est à remplacer par le « je »

    3/ Le « je veux » n’est pas à remplacer car il exprime le désir, l’élan. Le J’aimerai est affectif et prise d’otage, à proscrire.

    Voilà mon avis.

    Stéphane

  8. Mary Gohin Réponse

    Oui bien sur !!! Vous avez entièrement raison, mea culpa si je ne l’ai pas indiqué. Alors merci de l’avoir ajouté… 

  9. Fanchon G. Réponse

    Des petites règles intéressantes. Je connaissais bien le concept du « tu » qui tue. Par contre je découvre le fait qu’il vaille mieux éviter le « je dois ».
    Très intéressant en tout cas, merci pour cet article.

  10. Mary Gohin Réponse

    Merci pour votre commentaire. Si vous connaissez le « tu qui tue », alors vous connaissez l’essentiel. 

  11. arkanciel Réponse

    merci pour cet article bien exposé, reste à l’avoir en tête lors de la commnunication lol !

  12. Sitti Faouria Chadhouli Réponse

    merci pour l’article qui est la suite de la communication et je suis très fière de le lire ça complète vraiment ce que j’avais envie de demander.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *