Pour réussir une relation de couple 2

Voici la suite des précédents articles concernant la relation de couple. 

Après avoir expliqué dans le précédent article qu’il était nécessaire de mettre en place un but commun, de définir les attentes et les rôles, d’être responsable de son bonheur, d’avoir et de faire confiance et de soutenir son partenaire, les derniers conseils sont toujours aussi simples à lire… mais toujours pas si faciles à mettre en place. 

6. Équilibrer et exprimer le positif et le négatif

equilibre.jpg

Il faudrait éviter de mettre l’accent sur les aspects négatifs de votre partenaire et oublier de mentionner ou d’appuyer les aspects positifs. Les aspects négatifs ont tendance à toujours prendre plus de place que les aspects positifs. Que ce soit ceux qui nous concernent ou ceux qui concernent ceux que nous aimons. Nous sommes capables de nous insulter, de nous dévaloriser, de nous dire ce que nous n’oserions même pas penser pour quelqu’un d’autre. 

– Mais quelle idiote je fais ! 

– Il faut vraiment que tu sois stupide pour avoir fait ça ! 

Nous n’accordons nul pardon, nulle excuse. Le négatif est souligné. Le positif est oublié. Si nous devons donc nous garder d’exprimer de manière violente et spontanée tous nos sentiments négatifs. cela ne veut pas dire se retenir, se taire sur ce qui nous déplaît. Non, il faut au contraire apprendre à dire ce qui nous déplaît comme ce qu’il nous plaît.

Cette communication va permettre l’adaptation de l’un à l’autre, de façon à construire le couple en sachant que cette construction est le fruit de toutes les communications quotidiennes. 

– J’ai vraiment aimé quand tu es venu tout à l’heure me chercher au bureau. J’aime beaucoup ce genre de surprise. Toi aussi, tu as aimé ? 

– Il y a vraiment quelque chose qui m’agace dans la façon dont tu te comportes quand on est chez x. Quand tu leur parles sans me regarder, j’ai l’impression que de ne plus avoir de place pour toi. Tu vois de quoi je veux parler ? 

7. Respecter votre différence 

respect-des-differences.jpg

Nous devons respecter ce que nous pensons, ce que nous faisons, ce que nous sommes et nous devons agir de la même façon vis à vis de notre partenaire. Valorisons ce qui nous a attiré chez lui ou chez elle, ce qui a fait sa différence par rapport à tous les autres, ce qui fait sa différence par rapport à nous. 

Un couple, comme je l’ai dit, est un « nous » composé de deux « je » à part entière, avec ses différents besoins d’intimité et de communication. Vous avez chacun votre façon d’exprimer vos émotions, vous avez vos propres forces, vos propres croyances, vos préférences, votre histoire passée et chacun de vous à une façon à lui de traiter les problèmes, les réussites et les échecs. 

Apprenez à apprécier ces différences plutôt que de les critiquer et de reprocher à l’autre de ne pas avoir les mêmes que vous. Ne pensez pas que votre façon de faire les choses, que votre expérience, que votre point de vue sont plus justes, plus valables que ceux de votre partenaire. 

Chacun de vous a le droit d’être ce qu’il est, le droit d’être aimé, accepté dans sa façon de se comporter. C’est d’autant plus facile que cet autre à côté de vous, est celui que vous aimez, que vous avez choisi, que vous avez apprécié. 

Alors, inutile de blâmer ou de critiquer quand les événements ne se déroulent pas comme vous auriez aimé qu’ils se déroulent. Tout le monde fait des erreurs. Vous en faites. Votre partenaire en fait. 

Voilà Olivier et Sabine qui sont issus de famille aux comportements sociaux très différents. Dans la famille d’Olivier, on ne dit pratiquement rien de ce que l’on pense vraiment. Dans la famille de Sabine, on parle de pratiquement tout en dévoilant facilement ce qu’on pense.

Sabine reproche à Olivier son attitude « froide » quand ils vont dans sa famille et Olivier pense que Sabine « en fait toujours trop » quand ils sont dans la sienne. Ce sont deux comportements extrêmes sans que l’on puisse dire qu’il y a une bonne attitude et une mauvaise attitude. Il y a une attitude apprise qui rejette celle qui est non comprise.

En prenant le temps de revoir les premières attirances, Olivier et Sabine ont cherché à comprendre l’attitude équilibre, l’attitude du « nous » qui permet d’admettre les attitudes des « je ». En recherchant l’image qu’ils aimeraient donner de leur couple à leurs parents et beaux-parents, ils ont trouvé leur manière de se comporter chez l’un comme chez l’autre, chacun respectant ce qui lui est acquis mais donnant une image personnelle de leur couple. 

Pour cela, il faut écouter et parler, parler et écouter, apprendre à nous connaître, apprendre à le ou la connaître, sachant que cette connaissance sur soi et sur autrui est toujours en perpétuelle mouvement, que rien n’est vraiment acquis et que tout changement est possible. 

8. Faites plaisir 

Vous avez ensemble en tant que couple une place privilégiée pour savoir ce que l’autre aime, ce qui fait plaisir à l’autre. Vous avez un accès exclusif à ses désirs, à ses fantasmes. Alors profitez de cette situation particulière qui est la votre, soyez fier de plaire comme soyez heureux de lui faire plaisir.

Votre vie sera plus riche. 

9. Évitez les attitudes négatives de la communication

attitudes-communication.jpg

N’oubliez pas, toujours et partout, les quelques pièges des mots qui pèsent lourds pour celui qui vous écoute 

a) les jamais et les toujours 

– Quand on va chez ma mère, il faut toujours que tu oublies quelque chose. 

– Jamais tu ne fais attention à ce que je fais. 

b) la lecture des pensées

– Je sais mieux que toi ce que tu penses. 

– C’est inutile que je te le dise, je sais très bien ce que tu penses. 

c) le tu qui tue

– Tu ne m’écoutes pas. Tu ne fais pas attention à moi. Tu n’es pas là quand j’ai besoin de toi. 

d) la comparaison

– Tu es comme toutes les femmes. Tu es bien un homme pour penser ça ! On dirait ta mère ! 

10. Cultivez les attitudes positives de la communication

a) soyez honnête

– Non, je n’ai pas téléphoné à la banque aujourd’hui. Je le ferai demain. Je n’avais vraiment pas envie de m’ennuyer avec ce problème qui en rajoutait trop avec ceux que j’ai eus aujourd’hui. 

b) communiquez immédiatement sur ce qui vous dérange

En faisant cela, la communication devient constructive parce que la situation est encore dans le présent, que vous n’êtes pas en colère, juste attristé. Vous exprimerez plus facilement vos sentiments et éviterez les blâmes. 

Traiter les problèmes dès qu’ils apparaissent. Il ne faut pas croire qu’ils vont disparaître parce qu’on les oublie. Au contraire, ils ont de forte chance de prendre plus de place, de s’aggraver. 

c) communiquez tant que le problème n’est pas résolu

Il ne fait pas remettre au lendemain ce qui peut être discuté tout de suite. Et cette discussion doit aboutir pour éviter une frustration de l’un ou de l’autre. Cela implique de prendre un vrai temps de dialogue, en arrêtant toute activité annexe, en se posant l’un à côté de l’autre ou en face à face. 

d) insistez sur des solutions gagnant – gagnant

La solution est un compromis. Mais ce compromis ne doit pas aboutir à un gagnant et un perdant. Vous devez tous les deux trouver un bénéfice dans la solution trouvée. Un pas vers l’autre doit donner un pas de l’autre vers soi. 

e) votre vie de couple est une construction permanente

Ne supposez pas que votre union est éternelle, que rester ensemble est facile parce qu’il suffit de s’aimer. Aucune union n’est sure. Vous évoluez, votre partenaire évolue alors votre couple évolue. Votre évolution comme l’évolution de votre partenaire est personnelle. L’évolution du couple est une histoire à deux qui se contruit à deux. 

couple-heureux.jpg

Toutes ces conseils doivent vous permettre de réussir votre relation de couple. Ce n’est pas facile, mais c’est vraiment en forgeant qu’on devient forgeron !!!

Vous devez encourager la croissance de votre couple, lutter pour aller toujours vers le mieux et ne jamais vous décourager. 

5 réactions au sujet de « Pour réussir une relation de couple 2 »

  1. Astrid Réponse

    Bonjour, merci pour cet article. Je suis avec un homme depuis cinq mois. Je lui trouve de nombreuses qualités, cependant son rapport à l’argent me dérange. Il ne m’a encore jamais offert de repas au restaurant. Chacun paie ce qu’il a consommé. Il le fait pour des verres mais c’est uniquement parce qu’une fois j’ai payé devant tout le monde pour les deux parce qu’il m’énervait à faire le décompte de ce que chacun devait payer à l’autre. Maintenant, nous nous invitons à tour de rôle pour les verres.
    J’ai essayé d’aborder la question à plusieurs reprises. La première fois a été à l’occasion d’une critique de sa part sur les féministes. Je lui ai fait remarquer que les féministes étaient des femmes qui acceptaient de payer leur part au restaurant. Il m’a alors expliqué qu’il trouvait normal que les femmes paient leur part parce qu’elles gagnaient leur vie. Je lui ai fait remarquer qu’elles gagnaient moins que les hommes il a balayé l’objection en disant que dans son entreprise les femmes gagnaient autant que les hommes. Certes dans son entreprise mais je ne travaille pas là et je gagne 500 euros en moins que lui sur le salaire brut mensuel (la différence est plus grande car son entreprise lui verse de nombreuses primes en fin d’années). La conversation en est restée là. J’aurais peut-être du lui dire que dans notre couple en tout cas il y avait une différence perceptible de salaires.
    Je lui ai demandé une autre fois s’il serait gêné si je lui payais le restaurant. Il a répondu par la négative. Il m’a demandé pourquoi. Je lui ai dit qu’il n’avait jamais eu cette attention à mon égard. Il a été surpris, en a convenu. Il m’a affirmé qu’il était d’accord avec cette manière de faire et qu’il appréciait ce genre de choses. J’ai cru que le message était passé mais rien n’a changé.
    J’ai évoqué la situation une autre fois. Je lui ai indiqué que j’avais connu des hommes plus généreux. Pour lui, il est normal. Lors de notre sortie suivante, il m’a payé un verre en me disant « picsou te l’offre ».
    Nous sommes partis en week-end ensemble avec ma voiture. Il a proposé de rembourser la moitié des frais de carburant. J’ai apprécié qu’il le propose, cependant je lui ai expliqué qu’on ne pourrait de toutes manières pas savoir de manière précise combien nous dépenserions et que je n’étais pas dans une logique de calculs. Je lui ai dit que je préférais payer l’essence et que lui de son côté paierait autre chose et que nous serions ainsi quittes et que nous n’étions pas à deux euros. Résultat : j’ai consommé la moitié d’un plein et il n’a payé que les quatre euros de péage qu’il aurait voulu éviter mais nous étions perdus sans carte et il a été contraint de me faire prendre l’autoroute. Je me suis dit qu’il ferait un geste plus tard, rien n’est venu. J’ai l’impression de lui avoir donné clairement mon mode d’emploi, de lui avoir fait confiance pour qu’il se comporte de manière équilibrée et juste à mon égard. Au final, les dépenses n’ont pas été équilibrées et cela a été à mon détriment.
    Il parle beaucoup de son argent, d’argent, parfois même du mien. Il parle de ses dépenses. Je me rends compte qu’il dépense beaucoup mais que c’est pour se faire plaisir à lui (vêtements, accessoires…) pour combler son manque de confiance en lui.
    Je me suis donnée quatre mois pour faire des tests (l’inviter au resto voir comment il réagissait…) et aussi pour le mettre en confiance. Non, je ne veux pas son argent, je ne veux pas qu’il me paie tout en revanche, oui j’aimerais qu’il me fasse plaisir.
    Cela devient un facteur de stress car j’ai un petit budget et je me retrouve à faire beaucoup plus de sorties qu’avant de ce fait et à me retrouver en difficultés financières. Je dois emménager prochainement, je vais avoir des grosses dépenses équivalant à plusieurs mois de salaires et je me vois mal lui dire que je n’ai pas les moyens de sortir avec lui. Je sais qu’il me répondra que j’ai assez d’économies pour me le permettre. C’est vrai mais elles sont pour les projets sur le long terme et non pas pour faire ripailles.
    J’aimerais avoir vos conseils et avis.

  2. Mary Gohin Réponse

    Très difficile de répondre simplement par ce message. Cela a l’air d’être important pour vous et ce qui est important pour l’un doit être pour l’autre quelque chose sur lequel est attentif. Or, il ne semble pas que ce soit le cas et le problème dans ce cas, ne peut aller en s’améliorant s’il n’y a pas de sa part une prise de conscience.

  3. Dominique Réponse

    Voilà quelques mois que j’ai rencontré ma chérie et un jour je lui ai demandé ce que c’était un couple pour elle (nous ne vivons pas ensemble et elle n’avait jamais connu d’homme avant moi…à 38
    ans). Et sa réponse était extraordinairement bien écrite et ça rejoignait ce que je pensais. A ce point que j’en ai fait un article sur mon blog. Et ça rejoint exactement le point de vue de la
    professionnel que vous êtes.
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *